Association France Palestine Solidarité (AFPS)

 

Ferwana : 4600 pri­son­niers dans les prisons de l’occupation, dont 309 détenus administratifs

Bureau des statistiques du ministère palestinien des prisonniers, mardi 28 février 2012

 

Abdul-Nasser Ferwana, ancien pri­sonnier, Directeur du Bureau des sta­tis­tiques au ministère des pri­son­niers dans l’Autorité nationale pales­ti­nienne a publié, aujourd’hui,(28 F2VRIER 2012 ) un rapport contenant les der­nières sta­tis­tiques sur les pri­son­niers détenus dans les prisons et les centres de détention de l’occupation israé­lienne, et confor­mément à ce qui est docu­menté dispose de l’information et des données.

Nasser Ferwana a confirmé dans son rapport que depuis 1967, jusqu’à aujourd’hui près de 750 000 arres­ta­tions ont été enre­gis­trées, dont 12 000 femmes, parmi elles 4 pri­son­nières enceintes ont accouché dans des condi­tions dif­fi­ciles et 10 000 enfants, et que ces arres­ta­tions n’ont pas été limitées à une caté­gorie spé­ci­fique, mais touchent toutes les couches de la société pales­ti­nienne sans exception.

Il a affirmé aussi que le nombre total de pri­son­niers pales­ti­niens dans les prisons et les centres de détention de l’occupation israé­lienne a atteint aujourd’hui 4600 pri­son­niers dont 8 femmes, 138 enfants, 309 détenus admi­nis­tratifs et 27 députés élus notamment Marwan Bar­ghouti , Ahmad Saadat, Hassan Yousef, en plus des deux anciens ministres et un certain nombre de diri­geants poli­tiques détenus dans plus de 17 prisons et centres de détention ainsi que des dizaines de pri­son­niers de dif­fé­rentes natio­na­lités arabes, en par­ti­culier Jor­da­niens, Syriens et Egyp­tiens. Il a ajouté que 3410 détenus formant 74,1% des pri­son­niers purgent des peines de prison ferme pour divers termes, dont 533 pri­son­niers condamnés deux fois à per­pé­tuité voire plus, 456 pri­son­niers a plus de vingt ans, et 1135 pri­son­niers condamnés a plus de 10 ans mais moins de 20 ans.

Parmi eux, 881 pri­son­niers repré­sentant un taux de 19,2% qui sont aux arrêts et en attente de jugement, ainsi que 309 détenus admi­nis­tratifs qui repré­sentent 6,7% du nombre total des prisonniers.

En ce qui concerne les anciens pri­son­niers, Ferwana parle de 57 "doyens des pri­son­niers", un terme utilisé pour ceux qui sont détenus depuis plus de vingt ans dans les prisons de l’occupation israé­lienne ; parmi eux 23 pri­son­niers sont détenus depuis plus d’un quart de siècle. C’est ce qu’on appelle « les généraux de la patience » dont le pri­sonnier arabe du Golan syrien occupé Sidqi Al-Makt ainsi que Karim Younes, des ter­ri­toires occupés en 48, détenu depuis janvier 1983 et est considéré comme le pri­sonnier le plus ancien avec plus de 28 ans de détention.

Dans son rapport, Nasser Ferwana affirme que les forces d’occupation ont arrêté depuis le début de l’Intifada Al Aqsa en Sep­tembre 2000, près de 10 000 enfants, dont 138 enfants sont encore en détention, ils repré­sentent 3% du nombre total des pri­son­niers, et parmi eux 118 enfants âgés de 16 à 18 ans et 20 enfants de moins de 16 ans. Ils sont exposés à la souf­france, à la torture et aux procès inéqui­tables, violant ainsi leurs droits fon­da­mentaux et leur avenir en contra­vention avec les règles du droit inter­na­tional et la Convention de l’enfant.

Aujourd’hui 8 femmes Pales­ti­niennes sont détenues dans des endroits non appro­priés, sans égard à leurs condi­tions de femmes et sans respect de leurs droits fon­da­mentaux, sti­pulés par les conven­tions inter­na­tio­nales et humanitaires.

Lina Jarbuni 38 ans de Arabeh Bathouf dans les ter­ri­toires occupés en 1948, est la plus ancienne détenue. Elle a été arrêtée le 15 avril 2002 et purge une peine de 17 ans.

Wurud maher Kasem 26 ans de Al-Tireh dans les ter­ri­toires occupés en 1948, a été arrêté le 4 octobre 2006 et purge une peine de 6 ans. Le comité de sursis a décidé de la libérer après qu’elle avait purgé plus de deux tiers de sa sen­tence. Pourtant, le pro­cureur a fait appel de cette décision. Le 21 novembre 2011, la cour régionale à Petah Tiqva a accepté l’appel et a révoqué la mise en liberté avant terme.

  • Saga Alalami 18 ans de Bei­tunia dis­trict de Ramallah, arrêtée le 9 janvier 2012
  • Alaa Juabi, une mineure, de Hébron, arrêtée le 7 décembre 2011.
  • Salwa Hasan, de Hébron, arrêtée le 19 octobre 2011,
  • Mufika Qawasme, de Hébron, arrêtée le 15 février 2012
  • Muna Abou Sanina, de Hébron, arrêtée le 15 février 2012
  • Hana Al-Shalabi, 28 ans de Jénine, libérée en octobre 2011 suite à l’accord Shalit, puis arrêtée le 16 février 2012, elle poursuit une grève de la faim depuis 11 jours pour pro­tester contre son arres­tation, suivie de vio­lence, et de sa détention admi­nis­trative arbitraire.

Nasser Ferwana rap­porte dans son rapport confor­mément à ce qui est docu­menté que le nombre total des martyrs du mou­vement de la cap­tivité depuis 1967 s’élève à 202 martyrs. Et que parmi eux 51 détenus sont morts en raison de négli­gence médicale, 70 pri­son­niers sont morts sous la torture, 74 pri­son­niers ont été tués inten­tion­nel­lement après avoir été arrêtés, ainsi que 7 autres pri­son­niers tués dans leurs cel­lules par l’utilisation d’une force excessive et avec des balles réelles dans les prisons et centres de détention.

Il a rappelé qu’en plus, des dizaines d’ex-prisonniers sont morts après leur libé­ration par la maladie, contractée dans les prisons, ou qui ont été libérés avant l’expiration de leur peine en raison de la dété­rio­ration de leur état de santé et sont morts après leur libé­ration de quelques mois, comme Hael Abou Zeid, Sitan Al-Wali du plateau du Golan, et de Zacharie Issa, Fayez Zaidat et Murad Abu Sakut de Cis­jor­danie et beaucoup d’autres.

M. Ferwana lance un appel aux asso­cia­tions et aux ins­ti­tu­tions qui s’occupent des pri­son­niers ainsi qu’aux orga­nismes de droits de l’homme et à la coor­di­nation huma­ni­taire pour unir leurs efforts en adoptant une stra­tégie unifiée pour la cause des prisonniers.

Traduction : Moncef Chahed, groupe de travail prisonniers de l’AFPS